Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2013

SONG POUR ÉDOUARD GLISSANT

Nous qui avons l’haleine des grands malheurs
Nous qui sommes venus de si loin
Nous qui ouvrons les bras du monde
Nous sommes les étincelles du monde
En peau de lune
En peau de tambour
En fine poudre de pluie
Nous allons dans l’empreinte des songes
Nous qui avons traversé les gouffres mémorables
Nous qui sommes les pétales d’une fleur de mer
Nous dont le pas intime est une danse bleue
Nous sommes les étincelles du monde
En peau de lune
En peau de tambour
En tendresse de poussières
Nous allons dans la danse du Chaos
Nous qui portons la couronne des marées
Nous qui connaissons le secret des bains démarrés
Nous qui guettons l’écho des libertés
Nous sommes les étincelles du monde
Les bouts de terre
Les boutures
Les rhizomes
Nous sommes les gardiens des couleurs du monde
Et nous portons au doigt l’arc-en-ciel du Tout-Monde

Ernest Pépin



éditions printemps des poètes 2013

DANS LE VILLAGE DES MÈRES

Dans le village des mères
Les journées tiennent dans un seau d’eau
Les puits réservés aux morts qui éclaboussent les murs de leur silence de suie
Fatiguées d’essorer un temps humide
Les femmes s’adossent à l’air
S’adossent aux arbres entravés où les abeilles font leur miel entre résine et sueur
Les femmes du village des mères partagent leur fatigue avec les vents charpentiers
Elles redressent les maisons renversées par les enfants maladroits
Quatre hivers en un répètent-elles en direction des quatre points cardinaux
Un temps à ne pas mettre une maison dehors
Seuls les chemins sont libres d’aller là où ils veulent

Vénus Khoury-Ghata
Poème inédit

-Printemps des poètes

passeurs de poèmes

PASSEURS DE POÈMES

Printemps des poètes édition 2013


extrait de 


Tzigane, je veux être ton papillon, 

éditions corps puce

Cris d'enfants.
Le poème et son murmure
Une feuille oubliée
entre deux mouvements de tambour
Tout a commencé à l'aube du non dit
et le silence a eu peur.
Un piano dans le ciel
Et le vent qui touche nos épaules.
L'aile d'un ange perdu
qui cherche son chemin.


DOMINIQUE CAGNARD